Les vacances à volonté dans les start-up (extrait de l’article entreprises et carrière du 18 septembre)

Depuis 2011, la mesure offrant des jours de congés illimités, inspirée des entreprises de la silicon valley, essaime en France.

Chez Kawaga, Indeed ou Popchef, aucun abus à déplorer : chaque salarié se responsabilise pour partir au moment opportun.

Chez Kawaga, (ex evercontact), les salariés prennent en moyenne 7 semaines de congés, soit le même nombre de jours off que ceux qui bénéficient des 5 semaines et de jours de réduction du temps de travail français.

La mesure s’inscrit néanmoins en dehors de la légalité, avertit François Taquet, avocat et professeur en droit du travail. Pour entrer dans les clous, Kawaga, déclare tout simplement 2,5 jours de congés / mois pour chaque salarié.

Le seul risque serait qu’un salarié se plaigne d’une inégalité de traitement si il prend 3 semaines au lieu des autres salariés qui prennent  sept semaines en moyenne, croit savoir Briac Lescure, patron de Popchef.

“Le risque juridique est faible pour réclamer une différence de traitement, répond François Taquet, avocat. En revanche, le salarié qui ne prend pas tous ses congés pourrait en réclamer l’intégralité en quittant l’entreprise “.

En l’occurrence, chez Popchef, start-up créée en 2014, aucun salarié n’a quitté l’entreprise, un faible turn-over à mettre en parallèle avec “l’épanouissement des salariés”.

Notre point de vu :

“Dans les petites structures, nous constatons que les collaborateurs agissent un peu comme des “intra-entrepreneurs.” Ils se sentent responsabilisés au même titre que les associés. Ils prennent leur congés au bon moment, s’assure de ne pas partir tous en même temps.

Difficile néanmoins d’imaginer ce type de fonctionnement au sein d’un grand groupe …

Articles récents