Témoignage EquicoachingSi vous ne savez pas ce qu’est l’équicoaching, ou si vous ne l’avez pas encore lu, nous vous conseillons de lire en premier lieu notre dernier articleL’équicoaching : le cheval comme miroir et comme coach ”.

En juillet 2021, l’équipe E-novens a participé pour la première fois à une séance d’équicoaching. L’objectif de cette séance en format teambuilding : apprendre à mieux se connaître car le cabinet s’est récemment agrandi.
Une seule personne de l’équipe connaît cette pratique, pour les autres la séance est une totale découverte.

La séance se déroule en plusieurs parties :

1)  L’accueil par la coach, la présentation de chacun et l’explication du déroulement de l’atelier. La coach fixe avec chacun un objectif pour son passage : rencontrer le cheval, l’approcher, le faire venir à nous…

2) Chaque personne expérimente individuellement dans le rond de longe*, avec le cheval en liberté. Les autres assistent à ce moment et sont en posture d’observateur silencieux.

3) A la fin de chaque passage, le coaché explique s’il le souhaite ce qu’il a ressenti face au cheval. Ensuite, on fait un débrief collectif : chacun explique ce qu’il a observé du comportement de la personne face au cheval. C’est un échange sans jugement, qui nous permet de comprendre comment l’on est perçu et comment l’on perçoit l’autre.

*enclos rond utilisé pour l’entraînement des chevaux

L’article ci-dessous a été composé à partir de nos témoignages, recueillis à froid lors d’entretiens individuels et collectifs.

Partie 1 : Sortir du cadre pour gagner en authenticité  

 

Le cadre est une limite dans la gestion des RH : la communication, la confiance, la manière de dire, la cohésion d’équipe, la gestion de conflit sont rarement prises en compte dans les entreprises. On nous apprend dans nos cursus à nous construire une posture de “travailleur modèle” en mettant de côté nos sentiments, pour toujours rester dans la mesure et le professionnalisme.

L’équicoaching permet de “sortir du cadre” ; Tout d’abord parce que la séance a lieu à l’extérieur de l’entreprise. Mais aussi parce que l’on va devoir collaborer avec un individu imposant et dont on n’a pas les codes, porter notre attention à nos émotions ou encore écouter notre instinct. Le cheval est un véritable partenaire pédagogique grâce à son caractère hypersensible, incapable de faux semblant. Il ne juge pas, il est dans le présent, connecté à ses sens et à son environnement, c’est un animal social. Le cheval est un facilitateur pour “briser” le masque. Face à un animal imposant qui va suivre son instinct, l’individu va réagir de façon spontanée, sans essayer de jouer un rôle et sans se préoccuper de ce que les autres vont penser de lui.

Pour les observateurs, cela permet de voir l’autre sans filtre et sans biaiser les comportements. Au niveau du collectif, nous avons une vision nouvelle de notre groupe, de ses atouts, de ses « soft skills », et nous apprenons à interagir différemment.

 

Partie 2 : Apprendre à mieux se connaître : soi-même et les autres

Chacun, dans le moment de rencontre avec le cheval, s’est confronté plus ou moins consciemment à sa propre personnalité. Comment aborder l’autre ? être plutôt en retrait ou plutôt direct ?

La séance a confirmé ce que chacun connaissait à propos de sa personnalité, de façon très juste. Dans le même temps, cela nous a permis d’en apprendre beaucoup sur les autres :  soit en confirmant un trait de personnalité que l’on avait décelé brièvement, soit en découvrant l’autre sous un jour nouveau.

Le débriefing permet de confronter le vécu et le ressenti de celui qui était avec le cheval dans le rond de longe avec ceux des observateurs. Sur un même comportement face au cheval, on peut avoir plusieurs visions, plusieurs lectures. Cela est à la fois surprenant et vraiment intéressant.

Avec l’alternance entre les passages et les observations, on peut chacun répondre à deux questions : comment fonctionnent les autres et comment les autres me perçoivent.

Cette journée a permis de révéler aux autres sa personnalité. Cela est un avantage certain pour le développement de nos relations au sein de l’entreprise.

 

Partie 3 :  le rôle de la coach dans l’accompagnement

L’équicoaching n’est pas seulement un team building, c’est une séance de coaching avant tout ! Le rôle et le positionnement du coach est important. Les équicoachs sont des coachs professionnels reconnus, qui associent et utilisent leur passion pour les chevaux pour enrichir leurs analyses.

Pour cette séance, nous avons travaillé avec Sophie Cossettini, qui nous a tous bluffés par la justesse de ses remarques : “ J’ai trouvé que la coach avait des remarques très pertinentes, elle a immédiatement compris ma posture, elle a su décrypter la situation et mettre des mots sur ce qui c’était passé et sur ma personnalité.”

La coach est là pour rassurer face au cheval, autant que pour permettre la transposition à a vie professionnelle de ce qui a été vécu durant la séance. Cela consiste à analyser la posture du coaché et celle du cheval pour les mettre en résonance et en tirer des informations, des points sur lesquels revenir lors du débriefing.

En conclusion de cette journée, nous soutenons que l’équicoaching est une formidable méthode de coaching, qui a permis une meilleure connaissance de nous-même et de notre équipe, sans filtre, sans non-dit, sans arrière-pensée ; Un outil de cohésion original, qui donne une base de travail très intéressante pour améliorer la cohésion d’un groupe et qui est totalement déclinable pour des problématiques telles que la gestion de projets, du stress ou des conflits.

Boréale coaching : https://www.borealecoaching.fr/

 

Articles récents
Externalisation RH risques