Nombreux sont les employeurs qui n’osent pas généraliser le télétravail notamment faute de pouvoir suivre le travail réalisé à distance. Or, l’employeur a le droit de contrôler, de vérifier l’activité de ses salariés .

Dans cet article, nous allons vous donner des conseils permettant de suivre l’activité des salariés en télétravail, ainsi que les étapes clés pour les mettre en place efficacement, dans le respect de la loi et de la vie privée des salariés.

  1. Suivre le travail à distance

Pour permettre à l’employeur d’organiser le télétravail de ses salariés, il peut avoir recours à différents outils ou logiciels, lui permettant de contrôler :

contrôler le télétravail

  • Le temps de travail des télétravailleurs : en utilisant un système auto déclaratif (par exemple un tableau Excel où chaque salarié marque ses horaires), un logiciel de pointage par ordinateur, ou de vérification des temps de connexion au logiciel de l’entreprise,
  • Les horaires de télétravail et les temps de déconnexion de chaque télétravailleur,
  • L’évaluation de la réalisation des objectifs par le salarié :  en fixant des deadlines avec des livrables précis, en organisant des points réguliers, en demandant au salarié de transmettre un planning de ses objectifs et de ses tâches…

Ces points doivent être réfléchis, et de préférence formalisés à l’écrit dans un accord ou une charte télétravail.

  1. Étapes clés pour contrôler le télétravail

Avant la mise en place d’un quelconque dispositif de suivi des salariés en télétravail, l’employeur doit suivre plusieurs recommandations :

  • Informer ses salariés,
  • Consulter le CSE et les représentants du personnel,
  • Effectuer une démarche déclarative auprès de la CNIL (commission nationale de l’informatique et des libertés) : cette démarche est à faire en ligne, dès lors que l’employeur collecte des données personnelles sur ses salariés (temps de travail, nom prénom, adresse…). Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de la CNIL.

Pour l’employeur comme pour le salarié, ces éléments pourraient être perçus comme du contrôle excessif. A l’employeur de mettre en place les choses avec bienveillance ; par exemple en intégrant le salarié dans la réflexion amont, en co-construisant ensemble les outils ou encore en partageant les modalités du travail à distance.

Au fond, la crise actuelle et le travail à distance qui se généralise nous donne aussi l’opportunité de nous interroger sur notre efficacité et sur le niveau de confiance accordé au salarié.

Articles récents